Dépistage

Le dépistage permet de cibler les enfants et adolescents chez qui un diagnostic approfondi devrait être réalisé. Au moyen d’outils simples, on peut tenter d’identifier de manière adéquate, sélective et sensible les enfants susceptibles de présenter un TDA/H.

Les questionnaires de dépistage seuls ne suffisent pas à établir un diagnostic.

A cette étape, aucun diagnostic et aucun traitement médicamenteux ne doit être entamé. Par contre, il est important de reconnaître les signaux (rubrique signes aspécifiques et rubrique symptômes spécifiques) qui pourraient être compatibles avec un TDA/H ou avec d’autres troubles qui provoquent des symptômes similaires. L’objectif est de décrire le comportement tel qu’il se produit sans interprétation ou étiquetage.

Les enseignants et les professionnels de première ligne devraient être en mesure de repérer, grâce aux symptômes spécifiques,  les enfants qui doivent bénéficier d’une évaluation plus approfondie. Si l’hypothèse d’un TDA/H n’est pas retenue après le processus de diagnostic, cela ne signifie pas nécessairement que rien ne doit ou ne peut être fait pour aider l’enfant.

Les signes de TDA/H sont divers et fluctuent selon l’âge, le sexe et l’environnement: cliquez ici pour plus d'informations. Plusieurs troubles psychologiques, psychiatriques et physiques pourraient être confondus avec les symptômes du TDA/H. Ces symptômes ne peuvent être clairement distingués du développement normal qu’à partir de l’âge de 6 ans. Le TDA/H ne pourra être suspecté que si les signes de déficit d’attention, d’hyperactivité et d’impulsivité sont sévères, persistent depuis plus de six mois et qu’ils ont un impact sur le fonctionnement dans plusieurs environnements.

Le diagnostic de TDA/H et la mise en place d’un traitement doivent idéalement être réalisés par un médecin spécialiste ou une équipe spécialisée.