Traitement médicamenteux

Un traitement médicamenteux n'est pas indiqué pour tous les enfants avec un diagnostic de TDA/H.

  1. Le traitement médicamenteux n'est pas recommandé pour les enfants de moins de six ans. La prise en charge consiste en des interventions psychosociales et éducatives à la maison et à l'école. Si les symptômes de TDA/H ne sont pas suffisamment bien contrôlés avec ces interventions, une orientation vers un médecin spécialiste ou équipe spécialisée de seconde ligne est recommandée. Dans des cas exceptionnels, le traitement médicamenteux peut s'avérer nécessaire malgré le jeune âge (par ex : en cas de danger, d'arrêt du développement, d'un contexte de décompensation). 
  2. Chez les enfants à partir de six ans qui présentent une forme légère ou modérée de TDA/H, des interventions psychosociales et éducatives sont d'abord mises en place à la maison et à l'école. Si ces interventions ont un effet insuffisant, des médicaments peuvent être ajoutés au traitement.
  3. Pour les enfants de plus de six ans qui présentent une forme sévère de TDA/H, la médication est proposée dès le début de la prise en charge, toujours en association avec des interventions psychosociales et éducatives. La combinaison du traitement médicamenteux et des prises en charge psychosociales offre les meilleures chances de succès. Si l'enfant et / ou les parents sont réticents à l'instauration d'un traitement médicamenteux, il est nécessaire de prendre suffisamment de temps pour discuter de la sévérité du TDA/H et de ses conséquences. Avant de pouvoir commencer un traitement, il faut dans tous les cas un consentement éclairé des parents et du jeune.

La médication doit toujours être associée à des interventions multimodales non médicamenteuses. L'instauration du traitement médicamenteux doit toujours être réalisée par un médecin spécialiste (pédopsychiatre, neuropédiatre) qui déterminera le dosage et évaluera les effets du traitement. Certains médicaments peuvent être remboursés à la suite d'une évaluation pédopsychiatrique et/ou neuropédiatrique et sur base d'un rapport circonstancié du médecin spécialiste. Une fois le plan de traitement et le dosage de la médication définis, le médecin traitant ou pédiatre peut contrôler les effets et effets secondaires éventuels, une visite (bi)annuelle chez le médecin spécialiste est également préconisée.  En outre, la poursuite du traitement médicamenteux peut toujours être remise en question en fonction de l'évolution de l'enfant.